L'ÉGALITÉ DES GENRES

Nous vivons dans une société patriarcale où les hommes ont tous les pouvoirs et certains en abusent. Les femmes sont encore beaucoup discriminées, critiquées et subissent des abus dont elles n’osent pas parler, de peur d’être taxées de raconter des chimères. Quand on est une femme, la liberté a un prix. Il y a des règles de conduite à respecter, des tenues à éviter sinon on est stigmatisée. Les femmes sont dans la plupart des cas, tenues responsables des agressions dont elles sont victimes. Pendant trop longtemps des femmes ont gardé le silence, ravagées par la honte, tandis que leurs bourreaux étaient libres .

Comment améliorer les conditions des femmes dans une société dirigée en majeure partie par des hommes ? Le combat sera long mais la lutte mérite d’être menée.


Force est de constater qu’encore en 2020,les femmes sont victimes de sexisme, de harcèlement de rue, de violences, de viols, et de plusieurs autres abus pour lesquels elles n’osent plus porter plainte. Pour tenter de comprendre pourquoi les femmes sont sujettes à ces abus, il faut remonter dans le temps. À l’époque, le rôle de la femme se limitait à s’occuper de ses enfants et de sa maisonnée, et celui de l’homme était de subvenir aux besoins de sa famille.

On a comme l’impression que cette image de la femme est restée figée dans le temps et que la société renvoie sans cesse à une femme, cette image de mère et de femme au foyer.

C’est ainsi que dès le départ, les rôles ont été attribués et les tâches bien définies. Plus les années passaient plus ces dictats ont été normalisés. Il devient de plus en plus difficile de changer les mentalités. Les différences entre hommes et femmes au temps jadis, sont d’une part, l’origine des abus d’aujourd’hui.


On observe plusieurs cas de figures où la femme est traitée injustement par rapport à un homme :


Écart salarial dans le milieu du travail

Il est prouvé qu’il y a encore un écart considérable entre le salaire médian des hommes à celui des femmes. Selon UN Women À l’échelle mondiale, les salaires que perçoivent les femmes sont encore inférieurs de 23 pour cent à ceux que gagnent les hommes. Le fait est que pour certaines entreprises ,même si elles ne le disent pas haut et fort, embaucher un homme est plus avantageux car dans ce cas on ne se soucie pas de congés maternité ni d’interruption de carrière. C’est assez injuste de penser ainsi, car si ce n’était pas grâce à leurs femmes, de nombreux hommes ne pourraient pas être aussi opérationnels dans leurs métiers respectifs. Plusieurs femmes sont de véritables piliers pour leurs familles, certaines font le choix de sacrifier leurs carrières professionnelles pour pouvoir se consacrer entièrement à leurs enfants, par exemple. Combien d’hommes font ce choix? Pas beaucoup.

Peut-être que si les femmes avaient plus de soutien dans la gestion de leurs vies familiales,

il y aurait plus de femmes avec des postes à responsabilités. Il est tout de même injuste de ne pas offrir les mêmes opportunités d’emplois aux femmes sous prétexte qu’elles sont des femmes, avec toutes les contraintes que cela implique.


Harcèlement de rue

Selon le Sondage de Plan International 91 % des filles et 28 % des garçons âgés de 15 à 24 ans ont déjà été victimes de harcèlement sexiste. Ces chiffres sont alarmants.

Quand on est une jeune fille, se rendre à l’école ou à son lieu de travail sans se faire harceler dans la rue est un vrai parcours du combattant.


STORYTIME: Je me rappelle la première fois que j’ai compris que le harcèlement de rue était loin d’être le fruit de l’imagination d’une femme. Je devais avoir 19 ans, je marchais tranquillement lorsque j’ai aperçu de loin un jeune homme bizarre. J’ai donc légèrement modifié ma trajectoire pour éviter de tomber nez à nez sur ce type qui ne m’inspirait pas du tout confiance.

Mais c’était perdu d’avance car il m’avait déjà repéré et il a donc commencé à me crier après

« Mademoiselle, Mademoiselle ! » je faisais la sourde oreille et je continuais à marcher mais ce jeune homme me suivait et devenait de plus en plus violent dans ses propos. Sa frustration lui a fait perdre la raison et là je ne me sentais plus en sécurité, je pressais le pas et puis d’un seul coup cet individu m’a prise par le bras en hurlant « Mais, je te parle ! Pour qui tu te prends ?» et là j’ai gardé mon calme, je lui ai dit « lâche-moi ! » avec fermeté, en retirant mon bras.

J’ai voulu lui montrer que bien qu’étant une femme je n’étais pas un objet ! En voyant cette force de caractère, il m’a laissée partir sans rien dire. Je me suis peut être montré forte mais j’ai eu peur et j’ai compris dès ce jour qu’il fallait lutter contre ce harcèlement de rue que l’on prend encore un peu trop à la légère, mais qui dans certaines situations a tourné au drame.


Il faudrait apprendre aux jeunes garçons dès le plus jeune âge qu’une fille n’est pas forcément plus faible qu’un garçon. Il faudrait leur apprendre également la notion de consentement et surtout à ne pas chosifier une fille.


La notion du consentement

Cette notion est encore floue chez un grand nombre de jeunes garçons qui ne comprennent pas que NON veut tout simplement dire NON ! Cela n’a rien à voir avec le cadre ou la situation. Ce n’est pas parce qu’une fille ne vous a pas dit NON de façon explicite que ce n’est pas un viol.

Dans le cas où cette dernière exprime son refus par des mots clairs et/ou des gestes, il est de la responsabilité d’un jeune garçon, d’un homme, de ne pas lui imposer sa volonté à lui.

Il en est de même dans le cas où une jeune fille ou une femme n’a pas tous ses sens et ses facultés cognitives, étant par exemple sous l’effet de l’alcool ou de substances illicites.

Elle est donc dans l’incapacité d’évaluer la situation et de comprendre ce qui se passe, alors s’engager dans une activité sexuelle est un viol car dans ces conditions il sera difficile de prouver qu’il y a bien eu consentement.

« Quand une fille vous dit NON, mettez votre égo de côté et respectez sa volonté ! » ~MrsKiss Kay

STORYTIME: Je vous invite à découvrir l’histoire d’Anaïs qui a été violée par un chauffeur Uber.

Je tiens à dire que peu importe ce qu’elle portait, peu importe qu’elle ait trop bu. Aucun homme n’a le droit d’abuser d’une femme, sous aucun prétexte ! Ses amis lui ont appelé un Uber justement pour qu’elle puisse rentrer en sécurité, hélas quand tu es une femme, tu n’es en sécurité nulle part.

Quand tu es une femme que tu rentres tard le soir, tes proches auront le réflexe de te dire

« Fais Attention ! », chose qu’on dira rarement à un homme. On lui dira plutôt « Rentre bien !».

Cela montre que le danger est réel quand on est une femme.


Sexisme

Au quotidien, nombreuses sont les femmes qui n’ont pas les mêmes droits que les hommes pour le simple fait d’être des femmes. Ce sexisme gagne du terrain et se manifeste également à travers une hypersexualisation de la femme. En effet, une femme qui s’habille sexy est tout de suite caractérisée comme une « chaudasse », une « Marie couche toi là ».Si par hasard il lui arrivait un incident, l’opinion publique le justifierait automatiquement par sa tenue.

Pourtant beaucoup d’hommes disent apprécier la femme sexy et coquette, mais bizarrement ce sont ces mêmes hommes qui trouveront qu’une femme qui s’habille ainsi se donne en spectacle, cherche des ennuis etc. Quel paradoxe !

« Un Homme avec de vraies valeurs ne sera pas ébranlé par des facteurs extérieurs telle que la tenue d’une Femme. L’intégrité est un choix qui puise son essence dans des valeurs sûres telles que les convictions personnelles et l’honnêteté. » ~MrsKiss Kay

Manque de crédibilité

La parole d’une femme sera facilement remise en question car les femmes auraient toujours des intentions cachées. Quand elles accusent un homme de viol c’est parce qu’elles cherchent à nuire à sa réputation ou alors elles le font dans le but de se venger. Quand une femme accuse un homme de viol, il peut véritablement en être coupable. Tout simplement.

Après il est vrai qu’il y a des femmes vicieuses qui utilisent ce prétexte pour soutirer de l’argent à un homme, mais pourquoi ces cas devraient remettre en cause tous les témoignages de ces braves femmes qui ont subi des atrocités et ont enfin eu le courage d’en parler ?

Il est du devoir de la police de faire preuve de discernement. Il faut qu’il y ait une cellule au sein de la police qui est bien formée pour traiter les plaintes des femmes victimes de viol.

Il est primordial que la police montre son soutien à la victime.

Il faudrait surtout éviter de culpabiliser la victime et de justifier les actes du bourreau.


Etre Féministe est mal vu

Une femme qui sait qui elle est, ce qu’elle vaut et affirme son opinion est très mal perçue. Certains hommes la voient comme une compétitrice dont le seul objectif est de supprimer le rôle des hommes dans la société. Pourtant il n’en est rien de tout cela.

Être féministe c’est être en faveur d’une société plus juste, dans laquelle les femmes auront leur place autour de la table.

Les femmes ne seront pas là pour faire de la figuration mais prendront part à l’action.

Ce sera la fin du « Soit belle et tais-toi » car elles auront leur mot à dire et elles seront enfin entendues.

Une féministe rêve d’une société qui offrira les mêmes opportunités aux femmes, tout simplement.

Même quand les femmes se battent pour améliorer leurs conditions de vies cela est mal vu, pourtant ça devrait être encouragé. C’est à se demander si diaboliser les féministes n’est pas fait sciemment, pour éviter de résoudre le vrai problème, qui est de réduire les inégalités entre Hommes et Femmes. Tous les Hommes ne sont pas des ennemis mais des alliés.


Malheureusement il existe toujours une poignée d’hommes qui ternissent l’image des hommes dans la société. Ce sont ces hommes qui ont compris que la société les favorise et qui ont décidé d’en jouer. Ils se sont servis de façon malicieuse de leur pouvoir pour soumettre les femmes à leur volonté. C’est à la suite de ces nombreux abus de pouvoir qu’est né le mouvement ME TOO.


ME TOO est un mouvement qui est devenu viral lorsqu’une pléthore de stars de cinéma ont reçu des avances déplacées, qui sont allés jusqu’au viol pour certaines. Elles ont fait les frais de ce magnat de l’industrie du cinéma qui n’était autre qu’un agresseur sexuel.

Il profitait de son pouvoir pour abuser de nombreuses femmes. Si pour certains le mouvement ME TOO est lié uniquement à ce drame, pour de nombreuses femmes cela va bien au-delà.

C’est un mouvement qui encourage surtout la prise de parole afin de dénoncer les abus, les tentatives de viol, les expériences malencontreuses en lesquelles énormément de femmes se retrouvent. Et si auparavant certaines femmes avaient peur d’en parler, le fait de savoir qu’elles ne sont pas seules leur donne le courage de s’exprimer et d’agir.

Et c’est en agissant, en unissant nos voix que ces abus seront sévèrement punis.


Le combat n’est pas de tout repos mais il en vaut la chandelle. Il faudrait dès le bas âge, éduquer nos fils à devenir des hommes bienveillants et respectueux envers les femmes, afin d’espérer un jour renverser la tendance.

Il faudrait que les femmes soient ouvertes au dialogue et dénoncent leurs agresseurs, sans pour autant mettre tous les hommes dans le même panier.

Il faudrait que nos filles, nos sœurs, les femmes de demain comprennent que le respect se mérite.

Nous vivons dans un monde injuste, la moindre erreur nous est fatale. Il est donc recommandé d’avoir une attitude exemplaire et d’imposer le respect, afin de ne pas donner à cette société, l’occasion de nous discriminer encore plus.


Les femmes ne sont plus de simples victimes, des pauvres brebis égarées qui ont croisé par inadvertance le chemin d’un loup. Les femmes ont repris leur pouvoir en dénonçant les abus et en canalisant cette peur qui les a longtemps empêchées d’être libres et épanouies.

Les inégalités entre hommes et femmes devraient être le combat de tous.

Le fait est que les femmes ne sont pas suffisamment représentées dans les différents secteurs et n’ont pas plus de postes à responsabilités que les hommes. Alors, il est crucial que les hommes soient de plus en plus conscients des discriminations à l’endroit des femmes, et prennent des mesures afin de les sanctionner.

Il est temps que nous œuvrions ensemble pour une société plus égalitaire.



55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout