MON ELDORADO AFRICAIN

Mis à jour : 26 mai 2020

Où se cache Mon Eldorado Africain ?

Cette terre qui respire le « bon vivre ensemble » et où règne la Paix.

Cette terre regorge de Femmes et d’Hommes vaillants, qui travaillent à la sueur de leurs fronts pour nourrir leurs enfants.

Son sol est si riche en ressources naturelles, qu’il y en a suffisamment pour tous ses habitants.


Nous avons des dirigeants qui favorisent l'Entrepreneuriat, l’Éducation et qui développent les infrastructures sanitaires à la vitesse de la lumière.

Les artisans vivent de l’œuvre de leurs mains, et les petits commerces reprennent vie.

Les grosses entreprises créent de l’emploi en laissant une chance à la nouvelle génération.

Nous consommons des produits locaux afin de favoriser l’expansion de multiples entreprises locales.


Sur cette terre souffle un vent d’Équité, il n’y a pas de place pour les-pots-de-vin.

Il y règne un véritable esprit de solidarité et de fraternité, tout le monde vous tend la main.

L’économie bat son plein.

On ne rêve pas d’une vie meilleure ailleurs car on nage en plein bonheur.


C’est ainsi que je l’ai toujours imaginé, Mon Eldorado Africain.

Hélas, plus le temps passe, plus je sens qu’il me glisse entre les mains.

Mon cœur se serre, quand je vois mon peuple crouler sous le poids des difficultés.

Ils ne croient plus en rien, ils donneraient tout pour quitter la terre de leurs ancêtres.

Ils rêvent d’une seule chose, aller se reconstruire ailleurs.


C’est ainsi qu’en voulant noyer leurs chagrins, s’enfuir vers de meilleurs lendemains,

Mes frères et sœurs accompagnés de leurs enfants ont pris le large, m’abandonnant sur le rivage.

Ils disaient vouloir échapper à cette misère.

Il y avait une lueur de l’autre côté, qui les attirait.

Alors, dans ce radeau ils s’entassaient, convaincus d’avoir pris la bonne décision.

Vu que cet Eldorado Africain n’était que pure illusion.


Cette lueur était mystique, plus ils tentaient de s’en approcher plus elle s’éloignait.

C’est ainsi que vint le déluge sans crier gare, qui a ravagé tout sur son passage.

Tous leurs projets pour une vie meilleure sont tombés à l’eau.

En voulant toucher leurs rêves du bout des doigts, ils ont péri sous les eaux.


Je m’insurge contre tous les protagonistes de ce dénouement tragique.

Malheureusement dans cette situation, nous avons tous notre part de responsabilité.

À commencer par ces occidentaux qui nous ont divisé pour pouvoir mieux régner, et surtout nous piller.

Ils avaient soi-disant de la compassion pour ce pauvre continent Africain, qui avait tant besoin de leur expertise pour s’en sortir.


C’est suite à leurs promesses remplies de bonne volonté, que nos Chefs d’État ont bradé notre valeur, parfois à contrecœur.

Ceux qui refusaient de suivre les directives étaient exécutés ou incarcérés pour crime contre l’humanité.

Pour éviter cela, Ils leur ont servi la plus grosse part du gigot sur un plateau d’Or.

Ces occidentaux se sont goinfrés et nous ont jeté les os.


Aujourd’hui, ils nous dévisagent et nous traitent d’assoiffés et d’affamés.

Ils nous ferment leurs frontières sans états d’âme.

Car Pour eux, nous venons profiter de leur système.

Quelle ironie !

Souffrez que l’on vous rende la monnaie de votre pièce!

« Qui sème le chaos sur la terre d’autrui récolte des flux migratoires vers sa terre à lui ». ~MrsKiss Kay

Laissez-moi vous dire que malgré vos nombreux complots et nos dirigeants corrompus, Mon Eldorado Africain verra le jour.

Nous avons connu des guerres, qui nous ont certes mis à genoux, mais nous nous en sommes relevés comme des guerriers !

Quand on a déjà vécu le pire, il n’y a que le meilleur qui puisse nous arriver.


Ensemble nous disons STOP à cet esprit de servitude.

Vous ne réussirez plus à vous accaparer de nos richesses.

Nous ne servirons plus de cobayes sur lesquels vous pourrez tester vos vaccins.

Notre destin, à présent, nous appartient !


Nous disons STOP à votre mépris.

STOP à ce complexe d’infériorité vis-à-vis de l’occident.

Ils ne sont pas blancs comme neige.

Et là-bas ce n’est pas un paradis permanent.

Et si on n’arrêtait tous de vendre du rêve à nos frères et sœurs qui n’ont jamais voyagé ?

Et si on leur parlait franchement de nos réalités ?

Et si on les raisonnait en leur disant que là-bas c’est parfois pire qu’ici ?

Peut-être que nous éviterons à beaucoup de disparaître dans la nuit. Et à certains d’avoir moins honte de revenir sur leurs pas.


Pour ceux qui sont partis et qui regrettent, il n’est jamais trop tard!

S’ils ne vous apprécient pas à votre juste valeur, pour nous, vous êtes les dignes enfants du pays.

Vous êtes des mines d’Or et votre pays a besoin de vous en renfort.

Si les circonstances de la vie vous amènent à vous réaliser ailleurs, ce n’est pas bien grave,

N’oubliez juste pas de partager votre savoir, investir dans des projets locaux au grand bénéfice de votre peuple.

Que chacun de nous joue sa partition, afin de redorer le blason de Notre Eldorado Africain.

Lui, c’était un jeune ivoirien de 14 ans, qui avait décidé de s’envoler vers une autre destinée à l’insu de sa famille. Malheureusement il a été retrouvé mort dans le train d’atterrissage d’un avion en France.
Une petite pensée pour Laurent-Barthélémy Ani Guibahi, un ange de plus dans le ciel.
Nous ne t’oublierons jamais. Devine quoi mon petit Laurent? Il y a ton joli portrait de 10 mètres de long sur un mur dans la ville de Paris. Nous te contemplons, et nous regrettons ta disparition.
Part en paix car ton cri de désespoir a été entendu.
Tous ensemble nous nous engageons à conseiller la jeunesse afin de ne plus les perdre dans des situations si dramatiques.

Paris t'appartient,maintenant, et à jamais.

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout